Les tissus conjonctifs

 

 

LES TISSUS CONJONCTIFS

 

 

Le tissu conjonctif est constitué de cellules non jointives dispersées dans une matrice extracellulaire.

Cette partie est constituée elle même de fibres (= charpente macromoléculaire) et aussi d’une substance fondamentale (SF) qui contient de l’eau et des substances dissoutes.

 

Le TC inclut des TC lâches càd pauvres en fibres et des TC dense càd riches en fibres.

Ce sont des TC de soutien, ils sont associés a une épithéliums.

 

Il existe cependant des TC spécialisés : ils ont une matrice extracellulaire spécialisée.

Ex : os (matrice minéralisée)

Cartilage (matrice très hydratée)

Sang (matrice avec bcp de SF)

 

Tous les TC ont la même origine embryologique, le mésoblaste intraembryonnaire.

 

Il existe 2 grandes catégories de cellules :

 

  • cellules permanentes < mésoblaste extraembryonnaire

- elles fabriquent les fibres du TC

- ce sont les fibroblastes, les adipocytes, les myofibroblastes

  • cellules hôtes < MOHP

- elles rejoignent le courant sanguin puis diapédèse puis TC

- ce sont les macrophages, les mastocytes, les polynucléaires

 

Ces cellules ont un rôle de soutien, de cohésion.

 

Le TC est vascularisé et innervé.

 

Il a un rôle dans les phénomènes de nutrition des épithéliums

de défense immunitaire

d’inflammation

stockage d’énergie

production de chaleur

 

Le tissu conjonctif est séparé de l’épithélium par une lame basale.

 

 

Cellules du TC :

 

Il y a des cellules permanentes et des cellules hôtes.

Ces deux types de cellules sont dispersées et non jointives dans la matrice extra cellulaire.

 

 

Cellules permanentes :

 

On note une différence avec les cellules hôtes.

Elles n’ont pas de mobilité.

Elles proviennent du mésoblaste extra embryonnaire.

 

Le fibroblaste

 

Il est présent dans les les TC.

Il a une taille et une forme variable en fonction de son activité.

30 micron de long, et 5 à 10 micron de diamètre.

 

Lors qu’il est activé :

  • forme étoilée

  • long prolongement cytoplasmique

  • noyau ovale

  • caractéristiques d’une forte protéosynthèse

  • REG abondant …

 

Lorsqu’il est quiescent :

  • = fibrocytes

  • Peu de synthèse de protéine

  • Pas de prolongement cytoplasmique

  • Cellules fusiforme

  • Noyau acidophile.

 

Le fibroblaste synthétise les fibres et les protéines de la matrice extracellulaire qui seront ensuite déversées à l’extérieur.

 

Le fibroblaste a son origine dans les cellules souches mésanchimateuse dans le mésoblaste extraembryonnaire.

 

Un fibroblaste secrète les protéines des fibres de la matrice extracellulaire,

Il secrète aussi des glycoprot, des GAG et des PG de la SF.

 

Il a aussi un rôle dans les défenses anti infectieuse par la sécrétion de cytokine de l’interféron béta qui va activer les LT4.

 

Le myofibroblaste :

 

Au MO on ne constate pas de différence avec le fbb.

 

Au ME dans le cytoplasme ; on visualise des agrégats de microfilament d’actine associés a de la myosine, ce qui va former un tissu contractile.

Les myofbb peuvent des multiplier lors de phénomènes de réparation tissulaire après une lésion.

Ils se multiplient soit à partir de myofbb, soit après une différenciation de fbb.

Le myofbb peut se contracter et permettre la rétraction du tissu fibreux cicatriciel jeune.

 

Cellule réticulaire :

 

C’est en fait un fbb très ramifié avec un très fin et très long prolongement de cytoplasme.

Il va sécréter des fibres de réticuline.

Ces cellules forment un réseau lâche où reposent les cellules des organes.

On les retrouve au niveau des organes qui peuvent changer de taille tels que le foie, la rate, la MOHP et les ganglions lymphatiques.

 

Les adipocytes :

 

Ils constituent le tissu adipeux.

Il en a 2 types :

Les adipocytes blancs, ce sont les principaux

Les adipocytes bruns, on le retrouve généralement chez le bébé entre les omoplates.

 

Les adipocytes blancs forment le tissu adipeux uniloculaire .

Les adipocytes bruns forment eux le tissu adipeux multiloculaire et contribue a la thermogénèse.

 

Les adipocytes proviennent des cellules souches mésanchymateuses qui vont se différencier en adipocytes blanc et adipocytes bruns.

 

Pour les adipocytes blancs on aura une fusion d’enclave lipidique qui va donner une grosse cavité lipidique. Le cytoplasme va former une fine couronne sous la MP, le cytosquelette est presque inexistant. Tous les organites sont refoulés à la MP.

 

Les adipocytes bruns ont un nombre élevé de mitochondries dont la membrane interne est chargée en thermogénine. Les formation n’est pas due à la fusion des enclaves lipidiques.

 

Adipocytes blancs :

 

 

 

Au MO : la grosse vacuole apparaît optiquement vide.

Celle-ci est mise en évidence par congélation puis coloration avec une colorant ipophile comme le noir soudan.

 

Fonctions:

 

  • Stockage des lipides

 

 

  • Stockage des 3G :

 

 

Les 3G proviennent de l’alimentation.

 

Ils sont soit incorporés sous forme de chylomicrons, soit ils sont produits par le foie en association avec des apoprotéines pour former des lipoprotéines (VLDL).

 

Les 3G vont aussi être formés dans le TA à partir du glucose.

 

Ils vont passer dans la circulation sanguine et au niveau des capillaires sanguins du TA, ils seront hydrolyser grâce à une apoprotéine lipase synthétisée par les adipocytes eux même ; puis ces 3G seront transférés dans les capillaires.

 

La lipoprotéine lipase va permettre la synthèse d’AG libres, qui seront incorporés dans l’adipocyte et associés au glycérol-phosphate qui provient du métabolisme du glucose pour ensuite redonner des 3G qui se rajouteront dans les vacuoles.

 

A partir du glucose : l’insuline a un effet hypoglycémiant ce qui entraine la captation du glucose par transport facilité.

Le glucose sera glycolysé, il produira du glycérol-phosphate ce qui entrainera la formation de 3G.

 

Il y a en permanence une formation et une destruction des 3G.

 

L’hydrolyse des 3G est un phénomène régulé par des cathécholamines: adrénaline,

ainsi que par des hormones : glucocorticoïdes.

 

Les AG seront ensuite envoyés dans le sang avec des apoprotéines.

On aura une distribution d’AG aux cellules qui auront besoin d’énergie.

 

Le TA a une rôle endocrine, il a une fonction hormonale .

Il va sécréter de la leptine qui agit au niveau de l’hypothalamus sur la sensation de satiété.

 

Adipocytes bruns :

 

Ils constituent la graisse brune ou le tissu adipeux multiloculaire.

 

Coloration au trichrome de masson.

 

On visualise de nombreuses vacuoles lipidiques.

 

Il est très riche en mitochondries, qui possèdent de la thermogénine, celle-ci s’oppose à la formation d’un gradient électrochimique de protons, et libère de la chaleur en transférant de l’énergie provenant des électrons.

 

Cellules hôtes :

 

Les macrophages :

 

Ils sont présent dans tous es TC de soutiens.

Ils ont un aspect polymorphe et proviennent de la MOHP.

Ils restent 2 jours dans la MOHP pour que les cellules deviennent matures puis on a un passage dans le sang, les cellules sont alors appelées monocytes, elles transitent quelque jours dans le sang puis diapédèse et vont dans le TC et prennent le nom de macrophages, à ce niveau leur durée de vie est de 3 à 4 mois.

 

Les macrophages ont une morphologie variable en fonction de la situation anatomique.

Dans le TC conjonctif : histiocytes

Dans le foie : cellules de Kupfer

Dans le tissu osseux: ostéoclastes

Dans le SNC: microglie

 

Monocytes : réniforme

Histiocytes : uni/plurinuclées ( provient d’une fusion)

Octéoclaste : plurinuclées, déversent enzymes au contact de la moelle osseuse.

Microglie : cellules très ramifiées.

 

Les macrophages présentent des prolongements cytoplasmiques: les pseudopodes.

Ils sont impliqués dans les phénomènes de phagocytose càd qu’ils entourent la particule à dégrader et l’incorpore sous forme de vésicules dans le cytoplasme.

 

Ils ont aussi un rôle de présentation d’antigène aux LT.

Cet antigène subira un apprêtement équivalent à une digestion sélective, dans un lysosome, en plusieurs peptides qui seront associés aux prot du CMH.

Le macrophage rejoindra alors le ganglion lymphatique par la circulation lymphatique et exposera à sa MP des fragments de peptides associés au protéine du CMH et les présentera au LT.

 

Le macrophage joue aussi un rôle dans la synthèse et la sécrétion de cytokine pro inflammatoire.

 

Les mastocytes :

 

Ils proviennent de la MOHP.

Sous l’effet de cytokine sécrétée par le fbb ils se différencient finalement en mastocytes.

Ce sont des cellules rondes.

De 20 à 30 micron de diam.

Ils contiennent de nombreuses granules entourées par une membrane qui présente la caractéristique de métachromasie.

C’est à dire que c’est une cellule capable de se colorer d’une couleur différente du colorant que l’on emploie.

 

Dans ces granules, il y a une très grande concentration de GAG, qui sont des structures chargées négativement et qui confèrent cette ppt de métachromasie.

 

Ces granules contiennent :

GAG

PG

Histamine

Héparine

Protéase

Prostaglandine

Facteurs chimiotactiques pr les PN éosinophiles, ils arrêtent le phénomène de dégranulation.

 

Sur leur membrane : récepteurs aux fragments Fc des IgE.

 

La majorité des IgE n’est pas libre dans la SF, ils sont fixés sur leur recepteur.

La fixation de l’antigène sur son IgE entraine une dégranulation du mastocyte de façon massive, c’est la réaction d’hypersensibilité immédiate. Elle concenre une libération d’histamine qui entraine la contraction locale des muscles lisses (comme par exemple au niveau des bronches, du TD) ; l’augmentation de la perméabilité vasculaire (passage du liquide du compartiment vasculaire vers la matrice ce qui entraine un œdème = extravasation).

 

Cette réaction attire le PN éosinophile qui s’oppose aux effets des mastocytes en bouffant l’Ag reconnu par l’IgE.

 

Si on a une libération trop importante cela peut provoquer de l’asthme ou de l’urticaire.

 

Réaction générale : peut être responsable du choc anaphylactique (ex: oedeme de Quink).

Les choc anaphylactique entraine une diminution brutale de la pression artérielle ainsi qu’une vasodilatation. On peut noter aussi une extravasation dans le corps vasculaire des liquides circulants.

Le choc anaphylactique peut avoir pour conséquence un mauvais apport de sang au cerveau et peut donc entrainer la mort. Pour palier à cela on réalise des injections d’adrénaline.

 

 

Matrice extracellulaire :

 

Il y a 2 grand type de fibre :

  • collagène

  • elastine

  • réticuline

 

 

 

Collagène :

 

C’est le plus abondant.

Le plus abondant est le collagène 1 , on le retrouve dans le TC lache ,, dense, les os, les ligaments …

Il existe du collagène 2 : cartilage

Collagène 3 : fibre de réticuline

Collagène 4 et 7 : lame basale

Le collagène 7 est fibrillaire, mais pas le 4 .

 

Ces fibres sont classées selon leur chaine polypeptidique.

La chaine de base est le tropoCo.

 

On a aussi une classification selon leur association avec de PG dissous dans le SF.

Les fibres de Co sont synthétisées par des cellules du TC.

 

Les AA principaux constituants le Co sont :

  • glycine a 34 %

  • lysine

  • hydroxylysine

  • hydroxyproline

 

Les deux dernières sont caractéristiques de cette fibre de Co.

 

Synthèse du collagène :

 

Cette synthèse se fait via la REG

 

Le tropoCo = 3 chaines polypeptidique alpha, synthétisées au niveau du ribosome et du REG. C’est le préprocollagène.

 

Puis on a des phénomènes d’hydroxylation de proline et de la lysine ainsi que des glycosylation dans REG et l’appareil de golgi.

 

Dans le REG se fais l’association des 3 chaines alpha ce qui va former la molécule de procollagène qui est une molécule soluble.

 

Sur cette triple hélice chaque chaine polypep a environ 400 AA.

On a une organisation an hélice sauf au niveau des extrémités.

 

Puis émission des vésicules par l’appareil de golgi qui vont rejoindre le cytosquelette de microtubules puis le cortex sous membranaire et on aura ensuite une exocytose.

 

Dans l’espace extra cellulaire :

Clivage des télopeptides par une télopeptidase qui va transformer le collagène soluble en collagène insoluble.

 

On a une association de molécules insolubles par les liaisons covalentes, des liaison H, des liaisons hydrophobes, qui vont servir à former les fibrilles de collagène. ( 50 à 100 nm de diamètre).

Ces fibrilles vont donner des fibres de collagène qui vont ensuite donner des faisceaux de Co (1 à 10 micron).

 

Les collagène 1 peut donner des faisceaux de Co.

 

Au MET :

 

Les faisceaux de Co on une striation périodique liée a un assemblage des molécule de tropoCo entre elles.

 

Ces molécules s’assemblent par une association latéraes par liaosons covvalent au niveau des AA hydroxylés.

Elles s’associent aussi longitudinalement par interaction N /C terminales des mol de tropoCo , ce qui forme un esapce de 40nm de long.

On a donc une disposition décalée ds molécules de tropoCo dans la fibrille qui sera responsable de cette striation transversale avec une périodicité de 64 nm.

 

Au MET on visualise une succesion de bande sombre et claire : ce sont des regions de 24 nm.

Les bandes claires correspondent au fait qu’il n’y a as d’interruption entre les fibres de tropoCo , et donc il n’y a pas de dépôt desel de metaux lourds.

 

Bande sombre : 40 nm

Bande claire : 24 nm

 

Fibres elastique :

 

C’est une association de molécules d’élastine et de fibriline.

Ces fibres seront synthétisées par le fbb et exocytée par le fbb.

 

2 AA caractéristiques :

- desmosine

- isodesmosine

 

Ces sont des AA qui entrainent la déformabilité de la molécule.

 

Elastine s’associent entre elle par des liaisons covalentes et des molécules hydrophobes ce qui va former une masse en réseaux réticulés.

 

Les molécules de fibriline s’organisent en fibrilles dans cette élastine.

Ces sont des molécules déformables qui peuvent passer de l’état de tension a celui de relaché et vice versa.

 

 

Fibres de réticuline :

 

C’est du collagène de type 2.

Il ne fais jamais d’organisation en faisceaux.

Organisation en fines fibres anastomosées.

On les trouve dans les glandes endocrine, les ganglion, le foie …

 

Substance fondamentale :

 

Contient :

  • de l’eau

  • des minéraux

  • des protéines : - GAG

- PG

- prot de stt

- Co 4

 

GAG : longue chaine polysaccharidique non ramifiée constituée de 2 sucres répétés une très grand nombre de fois.

 

PG : petite chaine polypeptidique où se greffe un grand nombre de chaines de GAG.

 

Glycoprotéine : grosse séquence protéique sur lesquelles seront greffées des courtes chaines ramifiées de sucres.

 

PG : 90 % de sucres

GP : 1 à 60 % de sucres

 

On défini des complexes de GAG et de PG où des PG vont s’associer a de l’acide hyaluronique ( = GAG )

 

Dans un PG, fixation de GAG sur le squelette protéique grâce à une sérine et un trissaccharide de liaison.

 

Complexe de PG et de GAG = PG sur de l’acide hyaluronique.

Ces complexes sont visibles au MO on colore a. hyaluronique.

 

Interet GAG :

 

Chargé négativement a cause du SO3- et du CO-.

L’acide hyaluronique n’est pas sulfaté.

Ils vont moduler l’état d’hydratation de la matrice extracellulaire.

Ils vont attirer vers eux des ions sodiums ce qui entraine un appel d’eau e donc une grande quantité d’eau dans la matrice.

On a donc une forte resistance.

 

Glycocoprotéine de structure :

 

On a :

 

Fibronectine : sur lesquels les intégrines des cellules à mobilité vont établir des liaisons.

Laminine : se lie aux intégrines, aux PG, au Co 4.

 

Ces protéines de structures médient des interactions entre la cellule et la matrice extracellulaire.

 

Classification du TC :

 

En fonction de la quantité de fibre présente dans le tissu.

 

TC lâche :

 

Pauvre en fibre

Riche en cellule ou en SF.

 

TC lâche non spécialisé :

  • très répendu ds organisme

  • Ex: partie superficielle du derme (derme papillaire )

Chorion des muqueuses (TD, tube respiratoire )

  • nutrition des épithéliums

  • bcp de cellules hôtes

  • dans les sous muqueuse (appareil respiratoire, appareil digestif …)

 

TC lâche spécialisé :

 

Tissu adipeux :

  • très riche en cellules

  • très fine couche de matrice ECR

  • matrice ECR contient qq fibres de réticuline

  • cellules adipeuses regroupées en lobules séparés les uns des autres pas du TC dense.

 

Tissu muqueux :

  • très pauvre en fibre et en cellules

  • que de la matrice ECR

  • un peu gélatineux

  • ex : gelée de Wharton

 

Tissu réticulaire :

  • Très fine fibres

  • Cellules à longs prolongements qui soutiennet les cellules non jointives de l’organe.

 

 

TC dense :

 

TC dense non orienté :

  • fibres dans toutes les directions

  • derme réticulaire

  • dure mere

TC dense orienté unitendu :

  • fibres dans la lele direction

  • ligaments

  • tendons

 

TC dense bitendu :

  • dans un plan toute les fibres sont parallèles , mais l’orientation varie d’une couche à l’autre

  • aponévrose

 

Ces 2 types de tissus sont riches en fibres de collagène.

 

Il y a aussi des TC dense riches en fibres élastiques , celles ci s’organisent en lames parallèles les unes aux autres :

  • média des artères de gros calibres

  • cordes vocales

 

Fonction du TC

 

Soutien et cohésion

Vascularisation apport de nutriment localement.

Transport.

Stockage d’énergie = stockage de 3G.

Génération de chaleur : TA brun

Défense immunitaires et inflammation par sécrétion de cytokine, d’interleukine.

par cellules hôtes.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site